Titre term
Adolescents & jeunes
Chapo

Ce support présente aux collectivités des angles d’attaque potentiels sur le thème du droit des adolescents et des jeunes adultes à une vie épanouie, selon des modalités propres à nourrir la coopération et l’engagement citoyen. Elle prend appui sur les propositions issues de l’un des groupes de travail préparatoires à la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes (2017).

Bloc je participe

Accélération de projet

Suivi en temps réel

Liste de diffusion

Je participe

 

Nous cherchons à maximiser les coopérations. Partagez votre engagement !

Contexte de la thématique
Le droit des adolescents et des jeunes à une vie épanouie

Les adolescents et les jeunes adultes sont particulièrement exposés aux risques sociaux, notamment en période de crise sanitaire et économique : décrochage scolaire, désœuvrement, orientation subie, pauvreté étudiante, insertion professionnelle précaire, etc. Ces difficultés, vécues par un nombre significatif d’adolescents et de jeunes adultes, sont perçues et appréhendées par toutes les familles. Elles se manifestent tout particulièrement dans les espaces marginalisés de la République (QPV, zones rurales isolées).

Le temps de l’adolescence et de l’entrée dans l’âge adulte, où l’on aspire à la fois à s’autonomiser du cercle familial et à retrouver d’autres formes d’affiliation collective, expose dès lors à deux risques importants. Le premier : s’enfoncer dans une solitude synonyme de perte de confiance, à la fois en soi, en autrui et en l’avenir, pouvant déboucher sur des formes d’auto-exclusion, sinon de mise en danger. Le second : se retrouver sous l’emprise de tiers inadaptés, entraînant les jeunes concernés dans une socialité fondée sur la défiance, voire la violence, à l’antithèse du désir d’être pleinement au monde qu’éprouvent la plupart des adolescents et jeunes adultes.

C’est à partir de ce désir fondamental de vie en commun des jeunes que la démarche « Territoires en commun » propose d’imaginer un positionnement de la puissance publique et de ses alliés citoyens comme une « force tierce » positive, engagée sur les territoires, un référent pluriel et constructif, identifié par les adolescents et les jeunes adultes comme une source de propositions toujours disponible, faisant appel à leur capacité d’agir, pour s’engager à leur tour et se sentir appartenant à une communauté de destins.

 

Pertinence de la thématique

Ce thème concerne tous les citoyens sur tous les territoires et répond aux préoccupations de la démarche « Territoires en commun » : impacts dans la vie quotidienne, vision de long terme sur notre modèle de société, réflexion à l’échelle des bassins de vie, croisements de compétences institutionnelles, projets concrets propices au travail en équipe.

Trois points de précision apparaissent ici importants :

  • Par « adolescents et jeunes », on entend une catégorie de public caractérisée par ce moment singulier de bascule que constitue le passage progressif à l’âge adulte et à l’émancipation. On peut se référer ici au terme anglo-saxon de teen-agers, qui recouvre les 13-19 ans et symbolise bien cette période de transition, tout en restant ouvert à des problématiques plus larges selon les territoires.
  • Le projet vise à promouvoir le droit des adolescents et des jeunes à vivre de façon épanouie sur leur territoire. Dans cet esprit, les acteurs locaux n’ont pas à choisir entre se mobiliser « pour les jeunes » (via les institutions, le tissu économique et les habitants adultes) ou faire « se mobiliser » les jeunes eux-mêmes. Ils peuvent croiser les deux approches, à travers une démarche globale, intergénérationnelle, fondée sur l’expérience de vie des adolescents et des jeunes, au sein de laquelle la notion d’engagement, par et pour eux, devient fondatrice de leur socialisation.
  • Dans ce cadre, les thèmes de travaillent qui émergeront sur les territoires pourront être variés : la reconnaissance des capacités d’imagination et d’action ; la capacité à se connecter aux adolescents et jeunes adultes ; l’accès aux droits, aux services et aux soins ; les questions de soutien scolaire, d’orientation choisie et d’insertion durable ; l’équilibre entre vie réelle et vie virtuelle ; l’accès à des activités émancipatrices, qu’elles soient liées à la culture, aux sports, aux loisirs, à l’alimentation, à la vie de la cité, etc. ; l’élaboration d’un droit à l’expression citoyenne ; la lutte contre les discriminations ; la laïcité ; le dialogue interculturel ; les rapports familiaux ; l’occupation de l’espace public…